De la culpabilité maternelle et comment s’en balancer sévère

Il me semble qu’il existe un monde commun aux mères. Une réalité parallèle dans laquelle elles se retrouvent toutes un jour ou l’autre. Est-ce parce que nous sommes confrontées aux mêmes difficultés/questions/bonheurs (barrez la mention inutile) ? Sans doute.

Dans cette réalité parallèle, nous nous comprenons à demi-mot dès qu’il s’agit de causer nuits (in)complètes, biberon, mise au sein, jeu éducatif, congé mat’. Vous avez remarqué, à ce propos, la tendance qui est la nôtre d’appliquer des diminutifs aux choses positives ? Les affectionnant, nous les rendons ainsi plus proches, nous nous les approprions davantage : le congé mat’. Bref.

Il y a un autre mot qui joue la connaissance commune. La vieille copine casse-bonbon qu’on n’arrive pas à virer de chez soi : la culpabilité. C’est une joie que j’ai personnellement découverte quelques temps après mon retour au boulot, aux 4 mois et des brouettes de Petit Bonheur.

Lire la suite