Cake aux pralines sans gluten ni sucre ajouté

Cake aux pralines - dessus

Vous allez vous ficher de moi. Si, si, je le sais bien que vous allez vous ficher de moi : je n’ai jamais mangé de pralines.
Evidemment, je sais ce que c’est. Je les ai vues, ces gourmandises, en promenade dans Paris, par exemple. Mais bon, ma maman m’a toujours dit « c’est plein de sucre », « ça n’a pas d’intérêt ». Certes. Mais tout de même, ç’eût été dommage de ne pas goûter, tout de même, non ?

Donc, j’ai goûté. J’ai trouvé ça marrant mais pas super intéressant en effet. Il faut dire que si je suis gourmande et que j’aime le sucré, j’ai beaucoup de mal avec ce qui est très sucré. Je suis incapable de manger de la confiture au petit déjeuner, par exemple. Mes yaourts, je les aime sans sucre. Idem pour mon café, mon thé ou ma tisane. Bref, le sucre, je l’aime à petites doses.

Après avoir goûté ces petites bestioles sucrées, je me suis dit que ce serait plus sympa de les manger dans un gâteau, avec une tasse de thé ou de café. Même si mes intolérances ont très largement reculé, j’ai gardé mes habitudes. Du coup, je vous propose un cake sans gluten et sans lactose… et sans sucre ajouté puisque les pralines sont si sucrées et que j’ajoute un peu de purée de pommes.
Et voilà le travail !

Cake aux pralines - détail

Pour un cake aux pralines :

170 g de farine de riz
30 g de farine de châtaigne (ça donne un petit goût marrant au cake mais changez si vous préférez une autre farine)
100 g de pralines cassées en petits morceaux (mélange de noisettes, amandes, noix, noix de pécan ou cacahuètes enrobées de sucre caramélisé)
100 g de purée de noix de cajou ou d’amandes blanche
20 cl de lait de soja ou tout autre lait végétal
4 c.s. de purée de pommes
1 sachet de levure chimique
1 oeuf
1 grosse c.c. de vanille en poudre

Faites chauffer votre four à 150°C.

Dans un saladier, mélangez tous les ingrédients humides : purée de noix de cajou, lait de soja, oeuf et purée de pommes. Ajoutez les farines, la levure chimique et la vanille en poudre. Mélangez à la cuiller.
Versez dans un moule à cake et laissez cuire 1h à 150°C.

Au bout d’une heure, plantez un couteau dans le cake, celui-ci doit ressortir propre bien que légèrement humide. Si oui, alors, sortez votre cake du four, laissez un poil refroidir puis démoulez sur une grille et laissez-le tranquille.

Tiède, ce cake est un délice. Il se conserve très bien dans une boîte au réfrigérateur, idéalement une de ces boîtes à vide d’air.

Cheese sans cake

Cheese-sans-cake

Ce jour-là, le Zhôm de la maison voulait un cheesecake.
Bon, jusque là, rien d’extraordinaire.
Sauf quand la partie « cake » manque à l’appel, que tu bosses et que tu n’as absolument pas le temps de faire les courses.

Comme ça faisait un sacré moment que le Zhôm en question faisait des clins d’oeil plus ou moins subtils à l’absence de cheesecake à la maison, je me suis dit que j’allais quand même être sympa et lui préparer une petite surprise pour la fin de journée.

Résultat des courses : une sorte de cheesecake sans lactose et sans cake. Un truc bizarre mais qui a reçu un verdict positif. Et de fait, on s’est siphonné les 4 verrines à deux.

N’en reste pas moins que le Zhôm continue à réclamer son « vrai » cheesecake… Essayez de faire gaffe à votre tour de hanches avec un engin comme ça !

Cheese-sans-cake

Lire la suite

Gâteau tout choco aux spéculoos mais sans gluten

Gâteau chocolat speculoos sans gluten

Cela faisait des lustres que je n’avais fait de gâteau au chocolat. Au moins…

Et hier soir, ça m’a pris comme ça, d’un coup. Zhôm et moi étions en train de regarder un film un poil angoissant – The Rite, pour ne pas le nommer – et j’ai eu comme un besoin de passer mes nerfs sur quelque-chose.
Il y avait, au choix :
– le bras de l’être aimé ;
– les petits gâteaux au sirop d’érable rapporté par belle-soeurette du Canada ;
– se faire vite fait un gâteau au chocolat (d’autant plus que Karen m’avait mis l’eau à la bouche il y a quelques jours de ça avec son brownie).

L’être aimé a fermement refusé que je me serve de son bras pour planter mes griffes.
La boîte de gâteaux m’a suppliée de la laisser vivre encore un peu tout en me rappelant qu’une fois qu’elle serait vide, comme aurait pu dire Lapalisse, y en aurait plus.
Y avait que le chocolat qui ne me refusait rien. Alors, je lui ai sauté dessus telle la misère sur le pauvre monde.

Tout ça ne vous dit pas ce que j’ai mis dans le-dit gâteau, hein, impatient(e)s que vous êtes ? Eh ben on y va.

 

Gâteau chocolat speculoos sans gluten

 

Lire la suite

Tarte pommes-poires sans gluten

Tarte pommes poires

Ce n’est pas parce que les vacances sont finies – enfin les miennes – qu’il faut se laisser aller, non ? Et le réconfort ne passe pas QUE par le chocolat. Que nenni !

Normalement, c’est en cette saison que je me goinfre de tous ces merveilleux fruits que sont les brugnons, pêches, abricots, etc. Bon, cette année, c’est un peu foutu. Je vous explique : je viens de me découvrir une certaine allergie à un paquet de fruits crûs. Les fruits à noyau en faisant partie… impossible pour moi d’avaler le moindre bout d’abricot ou de pêche sans avoir (rayer la mention inutile) les lèvres gonflées, la gorge qui gratte, la langue qui fait des sauts.
Quand je vous dis qu’il y a des années de merde… Bref.

Me calmant donc sur un certains nombre de fruits, surtout crûs, et en attendant d’aller consulter l’allergologue histoire de faire le point sur la totalité de mes allergies et intolérances, je suis revenue aux poires et pommes. Je vais être claire : les poires et les pommes, j’en ai ras la couette. Mais là… Là, on se dit que c’est déjà cool de manger des fruits sans se transformer en bonhomme Michelin, hein…

Donc, on y va pour une tarte pommes-poires sans gluten !

 

Tarte pommes poires

 

Lire la suite

Salade de mangues et d’oranges à la menthe

Salade de mangue orange menthe

Bon bon bon… A la fin d’un repas de fêtes, vous avez généralement le choix entre ouvrir le bouton de votre pantalon ou avaler fissa une tisane de fenouil ou d’anis. Sauf si vous y allez mollo sur les graisses, l’alcool et le sucre. Un des défis de ce type de repas est de réaliser un dessert léger. Alors oui, d’habitude, il y a la bûche. Qu’elle soit à la crème au beurre ou garnie d’une mousse de fruits.

Cette année, j’ai décidé d’alléger le dessert. Généralement, quand on arrive à la fin du repas, j’entends des phrases du genre « je n’ai plus de place pour le dessert » ou « ah, mais y a encore le dessert« . Cette année, on va faire dans le festif simple : un magret en entrée avec quelques jeunes pousses et du chèvre, des cassolettes de poisson avec du riz complet et une salade de fruits.

Salade de mangue orange menthe

Lire la suite