Gâteau au yaourt à l’huile d’olive et à l’orange douce

Gateau au yaourt tranche

Une petite tranche de gâteau au yaourt pour le goûter ?

Pour cette version, j’ai choisi une huile d’olive très parfumée pour se marier avec quelques gouttes d’huile essentielle d’orange douce et le citron. J’aime beaucoup cette alliance dans les préparations sucrées. C’est par ailleurs un gâteau très apprécié de Petit Bonheur et j’en modifie les saveurs à chaque fois (ajout d’une compote ou d’un fruit écrasé, huile parfumée, écorces, etc.).

Gateau au yaourt

Pour un gâteau :
1 pot de yaourt (en général, 125g) selon votre convenance : vache, brebis, soja…
3 œufs
1 pot de sucre
3 pots de farine
1 pot d’huile d’olive
1 sachet de levure chimique
5 gouttes d’huile essentielle d’orange douce
le zeste d’un demi citron bio (le plus fin possible) ou 2 c.c. d’écorce de citron en poudre

Faites préchauffer votre four à 180°C.

Videz le yaourt dans un bol et réservez.
Lavez et séchez le pot de yaourt désormais vide car il vous servira de mesure.

Dans saladier, cassez les œufs et ajoutez le pot de sucre. Fouettez.

Ajoutez ensuite le yaourt, les trois pots de farine et la levure chimique tout en mélangeant consciencieusement. Versez un pot d’huile sur la préparation mais, avant de mélanger, ajoutez l’huile essentielle d’orange douce. Mélangez ensuite et ajoutez, pour finir, le zeste de citron.

Enfournez pour 30 minutes à 180°C.

Si vous avez du temps, cuisez-le à 150°C pendant 1h. Le gâteau n’en sera que plus moelleux.

Tarte aux griottes

Tarte aux griottes

Celle-là, j’en suis fière. Ultra fière. C’est sans doute l’une des meilleures tartes aux cerises que j’aie faite.
La griotte, c’est un peu acide et c’est pour ça qu’on l’aime aussi, me direz-vous. Et vous aurez raison. Mais du coup, dans une tarte, ça veut aussi dire qu’il faut mettre un paquet de sucre si on veut éviter de tordre le nez en la dégustant.

Résultat des courses, cette tarte n’est pas vraiment bikini-compatible. Mais je vais vous dire un truc, on s’en fout royalement ! 1/ parce que c’est trop bon, 2/ parce que les bourrelets sont déjà là alors une part de tarte en plus ne va pas en ajouter un.

En revanche, pour éviter un goût de sucre trop présent, j’ai choisi d’utiliser une pâte brisée et non une pâte sablée qui – aromatisée à la purée de pistache – aurait sans doute été géniale. Je ne voulais pas non plus tuer totalement l’acidité de la griotte.

Pour une tarte aux griottes :

1 pâte brisée et quelques bandes de pâtes à réserver (sans gluten pour les intolérants)
600g de griottes de chez l’Ami surgelé que vous aurez fait décongeler au préalable
5 poignées de sucre + 1 c.c.
5 poignées d’amandes en poudre
1 poignée de pistache non salées
2 c.s. de cannelle
1 c.s. de lait végétal ou non

Faites préchauffer votre four à 190°C.
Chemisez un plat à tarte avec du papier cuisson puis la pâte sablée. Recouvrez d’un papier cuisson et de billes d’argile, de porcelaine ou de haricots.
Enfournez pendant 10 minutes.

Pendant ce temps, égouttez soigneusement les griottes mais réservez le jus.
Passez la poudre d’amande et les pistaches à la poêle et faites griller à sec très rapidement et remuant sans cesse. Attention à ne pas brûler le mélange.
Versez-les ensuite dans un saladier et mélangez les cerises avec le sucre, la poudre d’amandes, les pistaches et la cannelle.
Goûtez. Si nécessaire, ajustez la quantité de sucre ou des autres ingrédients. Si le mélange vous semble trop sec, ajoutez un peu du jus que vous aviez mis de côté.

Sortez votre fond de tarte du four. Otez les billes/haricots et le papier cuisson et versez-y le mélange aux griottes. N’éteignez pas votre four, faites monter la température à 220°C.
Placez les bandes de pâtes restantes selon votre goût.
Dans un bol, mélangez le lait et la c.c. de sucre. Badigeonnez les bandes de pâte au pinceau.

Pour la cuisson de la bête, j’adopte la même méthode que Saveur passion : 20 minutes à 220°C et 15 minutes à 180°C.

Tarte aux griottes

Nous avons dégusté cette tarte tiède avec un petit café… Nickel !

Clafoutis à la tomate et au fromage de chèvre

Clafoutis chèvre tomates

Fastoche, ce clafoutis coloré. Fastoche ET rapide. What else?!

Pour 6 personnes (ou un moule de 28 cm de diamètre) :

4 œufs
4 tomates
250 g de fromage de chèvre
40 cl de lait de chèvre ou de lait végétal si vous préférez un goût plus doux
40 g de farine de millet (ou autre farine à laquelle vous êtes habitué)
40 g de polenta fine
20 g de Maïzena
une belle poignée d’ail des ours haché (lyophilisé, c’est très bien)
un peu de noix de muscade
1 c.s. d’huile d’olive bien parfumée
sel, poivre

Faites préchauffer votre four à 180°C.

Là, c’est très simple : en dehors des tomates et du fromage, jetez tout dans un saladier et mélangez consciencieusement. N’oubliez pas de râper la noix de muscade.

Coupez le fromage en très petits morceaux et les tomates en rondelles. Réservez.

Versez le clafoutis dans un moule à tarte recouvert de papier cuisson et répartissez ensuite les rondelles de tomate et les petits morceaux de fromage de manière à ce que tout soit bien réparti.

Enfournez une trentaine de minutes à 180°C.

Clafoutis chèvre tomates
Clafoutis chèvre tomates

Servi avec une salade verte, c’est nickel !

Corn bread sans gluten et sans lactose

Corn bread

Le corn bread. Le truc qui me faisait envie depuis un sacré bout de temps mais que je n’avais jamais réalisé. En grande « sérievore » que je suis, j’ai vu des générations de Nord Américains avaler goulument des morceaux de ce pain de maïs sans vraiment savoir de quoi il s’agissait mais en ayant l’eau à la bouche !

Ne sachant pas trop à quel Saint me vouer pour cette première tentative, j’ai compulsé un grand nombre de recettes et fait du tri, lu les commentaires pour finalement tout mettre à ma sauce. Je vous indique ici le lien de la recette qui m’a le plus inspirée sur LesFoodies.com car celle-ci a été traduite du Momma Cherri’s Soul in a bowl cookbook et que les commentaires sont très positifs.

A l’origine, la recette comporte du lactose (beurre et lait) et du gluten (farine de blé). Je l’ai donc adaptée.

Résultat des courses : un pain-gâteau très moelleux, bien parfumé qui a fait notre délice aussi bien en accompagnement de morceaux de fromage qu’au petit-déjeuner (rapidement avalé avec ma tasse de tisane à la fraise quotidienne ou trempé dans un bol de lait de riz avec un peu de muesli pour Zhôm). Même mon Petit Bonheur de 11 mois en a profité (en tout petits bouts)… et il a beaucoup apprécié !

Corn bread

Pour 6 à 12 personnes :

475 ml de lait végétal (soja ou amande serait parfait)
150 g de purée d’amandes blanches
150 g de farine de millet
220 g de polenta fine
70 g de farine de riz
50 g de sirop d’agave (essayez le sucre de coco pour parfumer, c’est super)
2 oeufs
1 c.s. de levure chimique
1 c.c. de sel

Faites chauffer votre four à 180°C.

Prenez deux saladiers. Dans le premier, mélangez les farines, la polenta, la levure chimique et le sel. Dans le second, mélangez le lait végétal, la purée d’amandes, le sirop d’agave et les oeufs. Versez ce mélange dans le premier saladier en touillant scrupuleusement pour éviter les grumeaux. La pâte reste assez liquide et ressemble plus à une pâte à gâteau qu’à une pâte à pain (une évidence pour ceux qui ont déjà fait du corn bread mais pas pour moi jusqu’ici ;) ).

Installez du papier sulfurisé dans un moule rectangulaire et versez l’appareil. Son épaisseur est d’environ 3,5 cm. Enfournez pour 30 minutes. Au bout de cette demi-heure, voyez où en est le pain de maïs en piquant une pointe de couteau : elle doit ressortir propre mais le pain de maïs reste assez humide.

Et voilà !