Petites vacances

A mon tour de prendre quelques vacances… bien méritées ! Mon compteur d’heures de sommeil est en très large déficit et les dernières semaines ont été… sportives !

Voilà exactement ce que je vais faire. Les poils en moins...
Voilà exactement ce que je vais faire. Les poils en moins...

Prenez soin de vous et à très vite (8 jours, c’est très vite, non ?) !
Je vous embrasse ;-)

Filets de sole amandes-cumin

Vite, vite, vite ! 12 minutes pour faire à manger ! La réponse : une toutouille.

La toutouille désigne à la maison un ensemble de machins mélangés susceptibles de constituer un repas plus ou moins équilibré, plutôt bon et préparé en quatrième vitesse. Evidemment, la base étant ce qu’il reste dans les placards et le congélateur…

Ce soir-là, ce fut une toutouille de sole aux amandes et au cumin.

Toutouille de sole

Pour 4 personnes :

4 filets de sole
2 c.s. d’huile d’olive
1 échalote hachée
2 gousses d’ail hachées
1 c.c. d’écorce de citron en poudre
1 c.c. d’estragon (surgelé, lyophilisé…)
2 c.s. d’amandes effilées
3 c.c. de cumin moulu
20 cl d’amande cuisine (La Mandorle)
riz, petits pois
sel, poivre (3 grains)

Hop ! La poêle sur le feu. L’huile, l’ail et l’échalote dans la poêle. On fait fondre tout ça et on ajoute le poisson (encore surgelé si le votre sort du congélateur). On couvre et on met sur feu moyen pendant 5 minutes. On touille (vous voyez l’idée ?), on casse les filets et on ajoute les amandes et l’amande cuisine. On couvre à nouveau et on laisse encore 5 minutes.

2 minutes avant de servir, on jette dans la poêle les restes de légumes et céréales déjà cuits. Pour moi, ce fut ici du riz et des petits pois.
On sale, on poivre et on touille à nouveau (ah, mais quand j’ai une idée dans la tête…).

Et voilà ! Une pointe de gomasio si ça vous dit et votre toutouille est prête ;-) !

Compote de cerises

Il y a quelques jours, j’ai décidé de goûter le gâteau à la brousse et aux noix de Mamina. Eh bien je vais vous dire : c’est une tuerie ! Mamina, tu es un génie ;-)
Pour tout vous dire, autant j’étais sûre d’avoir envie de faire ce dessert, autant je me tâtais au sujet de sa présentation…

Hop, j’ai pris ma selle et mon cheval (comprenez mes clés de voiture et ma zolie tutûte – oui quand je parle de ma voiture, je retombe en enfance) et j’ai foncé dans une boutique de vaisselle. J’en suis ressortie avec de jolis ramequins blancs, gris et noir en grès.

C’était décidé : j’allais servir le gâteau de Mamina dans ces ramequins mais… surmontés d’une compote de cerises ! Non seulement je trouve que les noix vont bien avec les cerises mais en plus j’adore la couleur de cette compote… Eh ben, c’était super bon au point que j’ai regretté de ne pas en avoir fait plus ! Et pour info, ami(e)s allergiques au lactose : si vous ne supportez pas le lait de brebis qui compose la brousse, utilisez du tofu lacto-fermenté écrasé grossièrement à la fourchette pour réaliser le dessert de Mamina.

Brousse aux noix et compote de cerises

Pour l’équivalent de 2 pots de confiture de compote :
800 g cerises surgelées de chez l’ami surgelé
2 pommes
4 c.s. de sucre complet (rapadura pour moi)
2 c.s. de sucre glace
1 c.s. de gingembre en poudre

Mettez dans une casserole à fond épais les cerises encore congelées, les sucres et le gingembre. Epluchez et coupez les pommes en tout petits morceaux. Jetez-les dans la casseroles.
Mettez à cuire sur feux doux et couvrez. Remuez de temps en temps et vérifiez que la compote n’est pas trop acide. Si besoin rajoutez de la compote de pomme ou une pomme ou du sucre.
Quand la compote est bien cuite et onctueuse, vous avez deux possibilités : la servir telle quelle ou la mixer. Pour la marier au gâteau à la brousse et aux noix, je l’ai mixée.

Oups... la petite sourie est passée par là...
Oups… la petite sourie est passée par là…

Blanquette de poissons sans lait sans gluten

J’aime les plats mijotés. J’aime quand ça glougloute doucement dans la cocotte et que les bonnes odeurs investissent peu à peu la maison.

J’aime particulièrement les plats mijotés qui vont être servis le soir. Quand on est nombreux à piocher dans la cocotte, que ça discute à bâtons rompus, que ça rigole sec. J’aime quand tout le monde passe un bon moment à table et que personne ne voit le temps passer.
Zhôm et moi avons eu la chance d’avoir un tel dîner l’autre soir avec notre famille.

Et comme j’ai envie de partager un peu de ce moment-là avec vous, voilà le plat mijoté ce que j’ai servi ce soir-là : une blanquette de poissons très douce accompagnée d’une purée de potimarron et d’un riz basmati. Cette blanquette est très rapide à réaliser mais nécessite, pour gagner en saveurs, de mijoter à feu doux, jusqu’à une heure.

Blanquette de poissons

Pour 10-12 personnes :

– la blanquette :
800 g de noix de St Jacques
500 g de grosses crevettes cuites et décortiquées
3 beaux filets de colin
3 beaux filets de cabillaud
3 beaux filets de saumon
3 L de court-bouillon (carotte, céleri, oignons, ail, cerfeuil, persil, gingembre, paprika, citron…)
3 beaux oignons rouges émincés
4 gousses d’ail
2 échalotes
1/2 verre d’huile d’olive
10 abricots moelleux (au rayon fruits secs)
2 poignées de raisins secs
2 poignées d’amandes effilées
40 cl de crème de soja cuisine
40 cl de crème ou lait de coco
une poignée d’herbes fraîches hachées (aneth, coriandre, persil, romarin…)
thym, laurier
2 c.s. d’écorce de citron en poudre
1 c.s. de gingembre en poudre
sel, poivre

Dans un faitout, portez à ébullition le court-bouillon. Plongez-y les poissons 3-4 minutes. Egouttez les filets et réservez. Conservez ce court-bouillon dans le faitout pour la cuisson du potimarron.

Dans une cocotte, faites chauffer l’huile d’olive. Jetez-y l’oignon, l’ail et l’échalote et faites-les dorer quelques instants sur feu vif. Ajoutez les noix de St Jacques, le thym et le laurier. Quand ces dernières commencent à être colorées, ajoutez la crème de soja cuisine et le lait de coco. Passez à feu doux.
Ajoutez les poissons coupés à la main en morceaux grossiers puis les amandes effilées, les raisins secs et les abricots coupés en très petits morceaux.

C’est au tour, maintenant, des herbes et épices de passer à la casserole : herbes fraîches, écorce de citron en poudre, gingembre, sel et poivre.

Posez le couvercle de la cocotte et oubliez sur feu très doux au moins 30 minutes. Vérifiez régulièrement que le poisson nage bien et corrigez l’assaisonnement.

Purée de potimarron

– la purée de potimarron :
1 ou plusieurs potimarron(s), selon la taille de ces merveilleuses boules oranges
le faitout de court-bouillon cité plus haut

Portez le court-bouillon qui vous avait servi à cuire le poisson à ébullition.
Brossez l’écorce du potimarron, épépinez et coupez en morceaux grossiers. Plongez-les dans le court-bouillon et laissez cuire entre 20 et 30 minutes (la pointe de votre couteau doit percer l’écorce sans difficulté).
Egouttez le potimarron et réduisez en purée.
Vous verrez comme cette purée est parfumée !

Il ne vous reste qu’à dressez les assiettes et servir !

Que faire avec une génoise sans gluten ?

Dans le genre « dessert du placard » pour femme (ou homme, d’ailleurs) pressée, je demande la génoise !

Je n’aime pas faire la génoise. Je ne sais pas pourquoi mais cuisiner une génoise m’ennuie profondément. Du coup, je l’achète. Je sais, c’est pas bien. M’enfin…

Donc, j’ai généralement dans mes placards une génoise de chez Schär – sans gluten ni lactose, donc – qui me sert pour les cas d’extrême urgence. Attention, l’urgence n’étant pas forcément l’arrivée d’un invité surprise ou la commande expresse – et à la dernière minute – d’un dessert. Non. Il peut aussi bien s’agir d’une urgence gourmande. Une soudaine envie de gâteau. De chocolat. D’un truc qui se mâche et qui soit sucré.

Dans ce cas, je trouve la génoise intéressante et très pratique.

Voici donc comment a été accommodée puis engloutie la dernière génoise : façon gâteau au chocolat !

_

Gâteau génoise choco


Pour 6-8 personnes (selon le degré de « goinfritude ») :

1 génoise Schär
200 g de chocolat noir sans gluten
20 cl de crème soja cuisine
50 g de purée de noisettes
3 c.s. de parlin

Coupez la génoise horizontalement en deux.

Dans une casserole, mettez la crème soja cuisine à bouillir. Baissez le feu, ajoutez le chocolat coupé en petits morceaux et laissez-le fondre en remuant doucement.
Quand la crème chocolatée est lisse, ajoutez la purée de noisettes puis le pralin et mélangez. Vous obtenez une ganache.

A l’aide d’une spatule, étalez la ganache sur la première moitié de génoise. Recouvrez de la seconde moitié.

Recouvrez ensuite le gâteau du reste de ganache.

Laissez prendre au réfrigérateur au minimum 2h.
Bah oui, vous ne croyiez tout de même pas que vous alliez vous jeter dessus tout de suite, telle la misère sur le pauvre monde, non ?!

Part genoise choco

Variantes :

– imbiber les deux tranches de génoise d’un sirop aromatisé à l’orange (eau + sucre + extrait naturel d’orange)
– remplacer la ganache par de la marmelade d’orange et appliquer un glaçage au chocolat… pour faire un pim’s géant
– remplacer la ganache par une crème aromatisée à l’orange et un glaçage au chocolat blanc