Un genre de minestrone

Un genre de minestrone

Vous avez dû vous en rendre compte : l’été s’est fait la malle et la chaleur avec lui. Enfin à Paris.

Ok ok ok, je suis un peu de mauvaise foi : il a fait plutôt beau temps ces deux derniers mois. Mais ce qui devait arriver est arrivé : l’automne et le changement d’heure.

Alors que l’automne est une saison que j’apprécie plutôt, je dois dire que la diminution de l’ensoleillement, le temps brumeux-nuageux-pluvieux et la nuit à 18h me fichent chaque année un bourdon de malade. En gros, si je pouvais, j’hibernerais.
Mais comme je ne suis pas une ourse et que l’ourson qui pousse à la maison demande toujours plus d’énergie, il me faut trouver des solutions (au moins transitoires). Ou déménager en Australie.

Alors je démarre une petite cure de desmodium pour s’occuper de mon foie (toujours un peu de mauvaise humeur au changement de saison). Je vais taquiner aussi l’échinacée, histoire de renforcer tout ce bazar. Un peu de magnésium et d’autres petites bidouilles, et me voilà quasi sur le pied de guerre.

Mais mais mais… J’ai une furieuse envie de grignoter. Tout le temps. J’ai aussi une furieuse envie de chocolat. Tout le temps (ou presque). Hors, là, ça pose un « léger » problème car – je vous le rappelle – je ne suis pas une ourse en passe d’hiberner. Pas question, donc, de faire des réserves de graisses pour l’hiver ni de pousser mon foie dans ses retranchements.

Je trouve donc des alternatives peut-être moins gourmandes (ok, soyons honnêtes : franchement moins gourmandes) mais efficaces en terme de nutrition. L’une de ces alternatives est de mettre le turbo sur les légumineuses et les légumes racines ainsi que la famille des courges. Ca tombe bien, c’est la saison.

Une bonne manière de mêler ces sympathiques ingrédients est de réaliser des soupes. Sympa à manger, pratique à réaliser en grande quantité pour en avoir d’avance, appréciée par l’ourson et son papa et candidate à l’imagination culinaire. Bref, en ce moment, je suis en mode soupe.

Aujourd’hui, je vais vous parler de celle que j’ai réalisée ces derniers jours : un genre de minestrone. Et je dis « un genre » parce que je n’ai absolument pas respecté la recette de base du minestrone, juste le principe : des légumineuses associées à des céréales, des légumes et des épices/herbes. Basta.

Lire la suite

Entre gâteau au yaourt et moelleux au chocolat (sans gluten, sans oeuf)

Gâteau chocolat coco orange sans oeuf

Un dimanche après-midi.
Pluvieux.
Gris.
Maussade, quoi.

Ce type de journée impose le gâteau au chocolat. Oui, sauf que je n’ai pas d’oeufs dans le frigo. Qu’à cela ne tienne ! On ne va pas se laisser arrêter par si peu, surtout que Petit Bonheur – qui a entendu parler de gâteau – est résolu à en croquer, du gâteau.

J’ai donc jeté un oeil sur le web pour trouver quelque-chose de nouveau, sans oeuf, et suis tombée sur cette recette postée sur 750G.
Je l’ai adaptée un petit peu et voilà ce que ça donne.

Lire la suite

Livre : Tour du monde des recettes sans gluten ni laitages

Livre : Tour du monde des recettes sans gluten ni laitages

Il y a quelques temps, j’ai reçu le livre de Sophie Lanini, Tour du monde des recettes sans gluten ni laitages, publié chez Orphie.

La maison d’éditions m’a envoyé cet opus datant de 2013 alors qu’une deuxième édition sans doute augmentée sortait cet été. Ma revue ne concerne donc que la première édition de l’ouvrage.

Alors, qu’est-ce que ça donne ?

Lire la suite

Tarte chèvre épinards (sans gluten)

Tarte chèvre épinards

Bon ok, je sais que le simple fait d’évoquer les épinards peut faire grincer quelques papilles et faire remonter de douloureux souvenirs de cantine (je vous avais déjà raconté comment j’avais trouvé un morceau d’emballage plastique dans mes épinards à la crème à l’école primaire ?).

Mais ça, c’était avant (comme ils disent dans le poste). Oui, c’était avant que vous prépariez vous-mêmes de beaux, jeunes et vigoureux (je m’égare) épinards frais. Ceux que l’on peut aussi manger crûs, en salade. Ceux-là sont super doux, super tendres et ne nécessite aucun épluchage. Aucun, vous dis-je ! La petite nervure centrale, on la garde, on la croque.

Bon, maintenant que je vous ai converti(e)s aux épinards (mais si), qu’est-ce qu’on en fait ? Ben une tarte, pardi.

Lire la suite

Pirojki au chou vert et à la carotte (sans gluten)

Pirojki chou vert et carottes

Cette recette-là, mes ami(e)s, c’est ma chouchoute. Ma madeleine à moi. Les pirojki, c’est ma recette doudou celle dont l’odeur me rassure et la saveur me comble. On est à la limite du chocolat. Si, je vous promets.

Les pirojki, qu’est-ce que c’est ? De petits chaussons de la famille des zakouskis, des entrées et amuse-gueule dans la cuisine russe. Leur farce peut être végétarienne, à la viande, au poisson. En gros, vous pouvez les farcir à ce que vous souhaitez. Mais moi, la farce que je préfère est au chou vert et à la carotte.
Quant à la pâte : levée, briochée, brisée. Là encore, ce que vous préférez. J’utilise ici de la pâte brisée.

Ceci nous donne un petit chausson moelleux dont la farce est à la fois salée et sucrée, douce et parfumée. La carotte apporte une note sucrée qui contrebalance la saveur parfois presque amère du chou. La saveur de l’aneth vient s’ajoute à la douceur salée du beurre. En un mot : un délice.

Lire la suite